retour

Photos en bas de page

A REMUNGOL ce samedi 23 août 2008,  Jean-Louis LE MOUËL, Chevalier de la Légion d'Honneur depuis 1993, a reçu  le grade d'Officier de la légion d'Honneur

Distinction remise par Jean DERCOURT, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences, professeur émérite de l'Université Pierre et Marie Curie de Paris.

Il est à rappeler que Jean-Louis Le Mouël est né à Remungol en juillet 1938 , dans cette même maison ou il a reçu ce jour cette distinction.

Il a déjà reçu les distinctions et prix suivants 

Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 1989
Chevalier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur en 1993
Médaille d'Argent du CNRS en 1984
Grand Prix du Commissariat à l'énergie atomique en 1987
Médaille Fleming de l'American Geophysical Union en 1997
Officier de l'Ordre National du Mérite en 1998
Price Medal 2000 de la Royal Astronomical society
Médaille Petrus Peregrinus 2004 de l'U.E.G (Union Européenne des Géosciences).

Il a été administrateur de l'institut de physique du Globe de Paris de 1986 à 1991,
Directeur de l'institut de physique du Globe de Paris de 1991 à 1996,
Directeur du département de geomagnétisme de l'IPGP,
Directeur des observatoires magnétiques.

Le parcours de Jean-Louis Le Mouël a débuté  au lycée Joseph Loth de Pontivy , ou, bien que plus attiré par les lettres se laisse séduire par les mathématiques et les sciences par un de ses professeurs.

au retour de l'armé la politique de recherche scientifique lancée par le Général de Gaulle lui donne l'opportunité et le choix de devenir Géophysicien.
Il entreprit alors de nombreuses études et recherches : 
- levées par avions de l'intensité du champ magnétique terrestre par résonance magnétique atomique ou nucléaire.
- Développement de méthodes de résolution des "problèmes inverses".
- Étude de canalisations de courants électriques dans la croûte terrestre.
- Établissement de la variation séculaire du champ  magnétique en France et dans les observatoires mondiaux: élimination des effets externes; découverte d'accélérations rapides.
- Adoption d'une Hypothèse simplificatrice permettant d'obtenir les mouvements du fluide à la surface du noyau terrestre . Extrapolation à l'intérieur du noyau.
- Calcul du couplage entre noyau et le manteau et conséquences sur les irrégularités de la rotation  terrestre ( longueur du jour et direction de l'axe).
- Mesure et interprétation d'effets électriques et magnétiques engendrés par des variations dans les roches, ou par d'autres forçages.
- Application des méthodes du groupe de renormalisation à la compréhension de la fracture et la genèse des séismes.
- Théorie du potentiel appliqué aux champs de potentiel de la terre.
- Application des méthodes issues du groupe de normalisation à la construction de modèles de dynamo.
- Étude de la précession.
- Refroidissement de la terre.
- Topographie de la frontière noyau-manteau.
- Signaux électriques naturels et artificiels.
- Thermodynamique des cavités souterraines