Fermer

Historique de la photographie

   

L'histoire de la photographie est ancienne et elle est double. Elle concerne en effet deux domaines distincts : l'optique, qui livre l'image et la photochimie, qui la fixe.  L'optique photographique dérive du principe de la chambre noire inventée vers la fin du 10éme siècle par le savant arabe Ibn al-Haytam. Comme son nom l'indique, la chambre noire est une pièce plongée dans l'obscurité. On perce dans un mur ou dans une persienne, un trou  qui projette une image inversée du dehors sur un mur ou un écran blanc situé dans la pièce. Cette technique d'observation est utilisée pendant cinq siècles pour l'étude des éclipses solaires, trop dangereuses pour l'observation à l'œil nu. Son usage est aussi recommandé par Giambattista Della Porta en 1558, pour la reproduction précise d'image par le dessin.

En 1550, Girolamo Cardano a l'idée du premier objectif : une lentille biconvexe placée devant l'orifice, qui produit une image plus nette et plus brillante . En 1568, Danièle Barbaro intègre un diaphragme à cette lentille , ce qui permet de régler la quantité de lumière entrant dans la pièce. en 1573 Ignatio Danti interpose un miroir concave pour redresser l'image. La première chambre noire portative, l'ancêtre du boîtier photographique  en quelque sorte, est celle de Caspar Schott en 1657. 

Reste alors à fixer l'image de manière permanente. La première contribution date de 1727 et elle est due à Johann Heinrich Schulze qui décrit le rôle des rayons solaires dans le noircissement des sels d'argent. il est le premier à expérimenter cet effet à l'aide d'une feuille de papier dans laquelle il a préalablement découpé des lettres et qu'il place dans une bouteille contenant une solution de craie et de nitrate d'argent; le passage de la lumière à travers le papier découpé noircit la solution et restitue l'image des lettres. Le procédé de Schulze reste malheureusement confiné au domaine de la "physique amusante" et personne ne songe à l'utiliser pour fixer réellement les images. Il faut attendre 1802 pour qu'un anglais, Thomas Wedgwood s'y essaie, mais sans succès. Bien qu'il arrive à fixer des images sur du papier enduit de nitrate d'argent, il ne réussit pas à les conserver et elles noircissent peu après qu'elles ont été exposées à la lumière.

   

La solution surgit des travaux d'un lithographe français , Joseph Nicéphore Niepce. Celui-ci obtient le premier négatif de l'histoire en 1816, à l'aide de papier sensibilisé au chlorure d'argent. Mais il ne réussit pas à en tirer d'épreuve positive, et ce n'est qu'en 1826, après dix ans d'expérimentations qu'il tire la toute première photographie ,prise depuis la fenêtre de sa maison à Saint-Loup-de-Varenne , et qui nécessita un temps de pose de plus de huit heures.

Il obtient ce cliché historique  en enduisant une plaque d'étain avec du bitume de Judée qui blanchit et durcit sous l'influence de la lumière . La durée d'exposition exceptionnellement longue de la photographie, explique que le soleil semble briller des deux cotés.

Joseph Nicéphore Niepce

Né à Chalon-sur-Saône en 1765, il passe l'essentiel de sa vie dans sa propriété de Saint-Loup-de-Varenne à s'occuper de recherches scientifiques en compagnie de son frère Claude.

En 1816, il fixe pour la première fois une image en négatif dans une chambre noire. Il réalise le premier cliché photographique en 1826 et il fait ensuite un voyage en Angleterre en 1827 pour intéresser à sa technique le roi George IX et la Royal Society

premier cliché effectué par Niepce en 1826

chambre photographique ayant appartenu à Niepce

mais l'entreprise échoue car Niepce entend conserver le secret de son procédé.

Il se lie alors avec Louis Jacques Mandé Daguerre pour développer la photographie, mais il meurt en 1833, quatre ans avant l'invention du daguerréotype

   

A la mort de Niepce en 1833, Daguerre poursuit seul les recherches, et découvre le procédé d'obtention d'une image latente sur une plaque d'argent sensibilisée aux vapeurs de mercure. En 1837, il obtient le premier "daguerréotype", ou une image très précise est fixée durablement sur la plaque, après lavage de celle-ci avec de la saumure chaude.

Dorénavant, la photographie sort du domaine expérimental et elle devient peu à peu une donnée permanente de la vie quotidienne.

   

                                 La photographie au XIX ème siècle

1835 . W.H.Fox Talbot obtient les premiers négatifs sur papier à partir desquels il peut tirer un nombre illimité d'épreuves positives.

1837-1839 . Travaux de Daguerre et popularisation de la Daguerréotypie.

1840 . invention du premier objectif à grande ouverture par J.M. Petzval. Il permet des temps d'exposition réduits et la réalisation de portraits.

1847 . invention du procédé de photographie sur verre par Abel Niepce de Saint-Victor.

1851 . procédé de photographie sur verre sensibilisé au collodion de Frederick S.Archer ; il produit des clichés très détaillés avec des temps d'exposition très courts. Premier appareil de prise de vue repliable de Richard Willat.

1853 . Objectif de J.B. Dancer , qui permet de photographier avec des temps d'expositions de l'ordre du 1/10 de seconde et d'obtenir ainsi des "instantanés".

1871 . Procédé de sensibilisation des plaques de verre au gélatino-bromure de Richard Leach Maddox ; c'est le premier procédé moderne.

1887 . première pellicule en celluloïd inventée par Hannibal Goodwin.

1888 . premier appareil photographique populaire. le Kodak, mis au point par George Eastman et commercialisé avec une pellicule en celluloïd adaptée à l'appareil.

1893-1895 . premier procédé photographique couleur élaboré par Frédéric Eugène Ives  

             

                       retour boites à images